Intervenants

Frédéric Debove (coresponsable du Master 2 Droit et stratégies de la sécurité de l’Université Paris II Panthéon Assas)

Après des études universitaires à Paris I Panthéon-Sorbonne, Frédéric Debove est nommé docteur en droit en 1995. En septembre 2007, il est élu directeur de l’Institut de droit et d’économie de Melun, et n’a cessé, depuis, d’être reconduit dans ses fonctions au centre universitaire délocalisé de Paris II en Seine et Marne. Il est membre du conseil scientifique de l’Université Paris II Panthéon-Assas, coordinateur de la classe préparatoire (CPI) au concours de l’ENM (2008). Coresponsable du master 2 Droit et stratégies de la sécurité et directeur de l’Institut de droit et d’économie de Melun, il enseigne également à l’École nationale supérieure de la Police Nationale tant à Saint-Cyr au Mont d’Or qu’à Cannes-Écluse, au centre universitaire de Melun. Il a été nommé (juillet 2010) directeur de l’Institut pour l’égalité des chances par le président de l’Université Paris II Panthéon-Assas.

Monsieur Frédéric Debove est chevalier dans l’ordre national de la Légion d’Honneur (2016), chevalier de l’ordre national du Mérite (2010) et chevalier des Palmes académiques (2007). Il est également colonel dans la réserve citoyenne de la Gendarmerie Nationale et préside le groupe de travail sur les filatures de police auprès du ministre de l’Intérieur.

 

Pascale Martin-Bidou (coresponsable du Master 2 Droit et stratégies de la sécurité de l’Université Paris II Panthéon Assas)

Pascale Martin-Bidou est est docteur en droit et maître de conférences HDR en droit public à l’Université Paris II Panthéon-Assas. Elle est directrice des études de l’Institut des Hautes Etudes Internationales (IHEI). Elle est aussi directrice des études (préparations aux concours) à l’Institut d’Etudes Judiciaires (IEJ) « Pierre Raynaud ». Elle est coresponsable du Master 2 Droit et stratégies de la sécurité et membre du Conseil d’administration de l’Université Paris II Panthéon Assas. Elle est également membre du conseil de l’Institut pour l’égalité des chances de cette même université.

Madame Martin-Bidou est chargée d’enseignements dans le cycle préparatoire au concours de commissaire de police (SDMA – Clermont-Ferrand) ; chargée d’enseignements à l’Ecole Nationale Supérieure de la Police, site de Cannes Ecluse (CPI) et également chargée d’enseignements à l’Ecole Nationale de la Magistrature (CPI). Enfin, elle est membre du Conseil d’administration de l’Association française de droit de la sécurité et de la défense (AFDSD).

Madame Pascale Martin-Bidou est chevalier dans l’ordre des Palmes académiques (2017) et lieutenant-colonel dans la réserve citoyenne de la Gendarmerie Nationale.

Elle est également auditeur de l’IHEDN – 195ème session en région (Île-de-France).

 

Alain Bauer

Alain Bauer entre dans la vie professionnelle en 1982 avec un titre d’Administrateur délégué de l’Institut National Supérieur d’Études de Défense (INSED). En 1987 et 1988, il occupe un poste de Directeur conseil de la Centrale d’Échanges et de Communication (CECOM) tout en étant Consultant pour le Groupe d’Études pour la Construction (GEC). Vers 1988, il est nommé chargé de mission auprès du directeur de cabinet de Michel Rocard, alors Premier ministre de François Mitterrand. En 1990 et 1991, Alain Bauer occupe deux postes de Conseiller, l’un pour Air France, l’autre pour le Groupe Sari du sulfureux promoteur immobilier Christian Pellerin (chantiers de la Défense). Il est ensuite nommé Directeur du département de contrôle financier (1991-93) et Administrateur de Sari Services et de Cnit Com (1992-93) tout en devenant Secrétaire général du World Trade Center Paris-la-Défense (1991-93) et Membre de la commission juridique internationale de la World Trade Center Association (1992-93). Il prend ensuite la Vice-présidence de Science Applications International Europe (SAIC) avant de créer en 1994 sa propre société de conseil et de formation en sécurité urbaine dont il occupe toujours aujourd’hui le fauteuil de Président Directeur Général. En 1998, il devient Président du Directoire du groupe Cartes jeunes (associé à la MNEF) et Administrateur de Versant SA. De 1990 à aujourd’hui, Alain Bauer assure parallèlement des fonctions d’enseignant. Valérie Pecresse, vient en outre de créer au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) une Chaire de criminologie qui lui a été immédiatement attribuée.

Parmi les nombreuses décorations et distinctions reçues, Alain Bauer est Chevalier de la Légion d’honneur.  Alain Bauer a reçu en 2003 le « Big Brother Award » de l’ONG « Privacy International », un prix qui distingue chaque année les personnalités promouvant la surveillance et le contrôle des individus par l’Etat.

Dès 2003, Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l’Intérieur et patron de l’UMP, le nomme Président de l’Observatoire National de la Délinquance. Devenu Président de la République, Nicolas Sarkozy le place à la tête de la Commission Nationale de Vidéosurveillance. Alain Bauer est aussi l’un des conseillers officieux de la nouvelle Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) en matière de lutte anti-terroriste.

 

Alain Juillet

Après 5 ans de service comme officier dans des unités parachutistes puis au service action du SDECE, il quitte l’armée pour entrer dans la vie civile.

De 1967 à 1982, il travaille au développement du groupe Pernod-Ricard à l’international comme responsable de zone export, directeur de filiales à l’étranger, puis directeur du développement international du groupe. Après avoir réorganisé comme directeur général commercial la société Ricard France, il se spécialise dans le redressement d’entreprises en difficultés, le développement international et la gestion de crises. Ses activités à l’étranger l’ont amené à travailler, jusqu’à aujourd’hui, dans 63 pays. En 1985, il devient directeur général de Suchard puis président du comité de coordination de Jacobs-Suchard France. En 2001, il prend la présidence de Marks and Spencer France et vend l’entreprise en assurant le reclassement de tout le personnel.

Chef d’entreprise avant tout, il a aussi exercé des fonctions de conseiller dans le domaine de la stratégie, de la gestion de crises, et du développement des sociétés françaises et étrangères. Le 1er octobre 2002 il est nommé Directeur du renseignement à la DGSE, puis le 31 décembre 2003, Haut responsable chargé de l’intelligence économique au Secrétariat Général de la Défense Nationale (SGDN) par le Président de la République. Il a conservé ce poste jusqu’au 27 mai 2009.

Il est actuellement senior advisor pour le cabinet d’avocats Orrick Rambaud Martel.

 

Général d’armée (2S) Marc Watin-Augouard

Ancien inspecteur général des armées gendarmerie (IGAG), le général d’armée Watin-Augouard a animé un groupe de travail qui a contribué à la rédaction du rapport de Thierry Breton sur la cybercriminalité (2005).

Conscient de l’impérieuse nécessité développer une coopération inter-services et internationale pour mieux lutter contre les prédateurs du cyberespace, il a été, avec le concours actif de Régis Fohrer, le fondateur du FIC en 2007. Aujourd’hui directeur du centre de recherche de l’École des officiers de la gendarmerie nationale (EOGN), il est l’un des trois membres du comité de direction du FIC. Dans les universités où il enseigne (Paris II, Paris V, Lille II, Aix-Marseille III, Clermont-Ferrand) et à l’École de guerre, il sensibilise les élèves sur les enjeux de la société numérique.

Il a contribué aux travaux du Livre blanc de la défense et de la sécurité nationale.

 

François Falletti

François Falletti est un magistrat français, ancien procureur général près de la cour d’appel de Paris et ancien directeur des Affaires criminelles et des Grâces. Il est connu pour avoir fait une carrière jusqu’au sommet de la hiérarchie judiciaire tout en étant atteint de cécité.

Au début de l’année 2014, Christiane Taubira demande à François Falletti, d’abandonner sa fonction en contrepartie d’un poste de premier avocat général à la Cour de cassation. Percevant cette « promotion » comme une mise au placard, François Falletti la refuse et, malgré les pressions et l’emballement médiatique généré par ce bras de fer, il restera à son poste.

Depuis le 16 octobre 2015, il est avocat au barreau de Lyon, au sein du cabinet Carbonnier, Lamaze, Rasle & associés.

Secrétaire général de l’Association internationale des procureurs et poursuivants, il obtenu la décoration d’officier de la Légion d’honneur, de Commandeur de l’ordre national du Mérite et d’officier de l’ordre d’Orange-Nassau.

 

Christophe Soullez

Christophe Soullez est chef du département de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) à l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) depuis 2004. Spécialiste de l’analyse des statistiques pénales et de la mesure de la performance policière, il traite aussi des questions de délinquance urbaine, des politiques publiques de sécurité et de l’organisation policière. Il a été Directeur de cabinet au sein de plusieurs collectivités territoriales ; Rapporteur du groupe de travail sur les fichiers de police et de gendarmerie ; Membre du groupe de travail sur la sécurité au quotidien et co-rédacteur du rapport (2007) et co-rapporteur du groupe de travail sur les institutions chargées de la réflexion stratégique (2008).

 

Commandant Rémy Février

Ancien cadre du secteur privé et ancien chef d’entreprise, Rémy Février a été recruté en tant qu’officier supérieur sous contrat par la Gendarmerie Nationale. Affecté d’abord en tant que responsable de l’enseignement à l’Institut d’Études et de Recherche pour la Sécurité des Entreprises, il est aujourd’hui membre de la cellule Intelligence Économique de la Région de Gendarmerie Nord-Pas de Calais. Service pilote, cette cellule est à l’origine du Forum International sur la Cybercriminalité (2300 participants et 43 pays représentés), événement annuel dont le Commandant Février est Commissaire général délégué.

C’est son expérience concrète du monde de l’entreprise et de l’Intelligence Économique qui l’a conduit à ses fonctions actuelles : jusqu’en 2007, il était président-fondateur d’un cabinet de consulting (sécurisation des systèmes d’information, analyse de risques, gestion de crise). Ancien élève d’une École supérieure de commerce, auditeur de l’Institut des hautes études de Défense nationale (IHEDN) et de l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure (IHESI), diplômé en science politique, informatique et finances publiques, le Commandant Février est chargé d’enseignements en Masters spécialisés à l’École Nationale d’Administration, en Grandes Écoles et à l’Université.

 

Bruno Dalles

Magistrat de formation, Bruno Dalles a exercé les fonctions de juge d’instruction de 1994 à 1997. Jusqu’en 1999 il fut adjoint au chef du bureau de la justice pénale et des libertés individuelles au ministère de la justice. En 2000, il est devenu chef du bureau de la lutte contre la criminalité organisée, le terrorisme et le blanchiment du ministère de la justice. En 2003, il est devenu chef du service national de douane judiciaire jusqu’en 2010. Puis il a pris les fonctions de Procureur de la République à Melun de 2010 à 2015 pour finalement devenir, aujourd’hui, le directeur de TRACFIN auprès du ministère des finances et du budget.

 

Jean-Noël Luc

Jean-Noël Luc est spécialiste d’histoire de l’éducation et d’histoire de la force publique, notamment de la Gendarmerie nationale. Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud et agrégé d’histoire en 1972, il est l’auteur de deux thèses consacrées à l’histoire de la Révolution française (Paysans et droits féodaux en Charente-Inférieure pendant la Révolution française, 1978) ainsi qu’à l’histoire de l’enfance et de l’éducation (L’invention du jeune enfant au XIXe siècle : de la salle d’asile à l’école maternelle (1826-1887), thèse d’État, 1994). Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris IV-Sorbonne, il est par ailleurs l’auteur de plusieurs ouvrages et articles consacrés à l’histoire de la Gendarmerie nationale.

 

Emmanuel Dupic

Emmanuel Dupic est actuellement Procureur de la République adjoint au Tribunal de grande instance de Vesoul. D’abord conseiller ministériel au cabinet du Secrétaire d’État à la Justice, puis conseiller juridique et judiciaire du Directeur de la gendarmerie nationale, Emmanuel Dupic est spécialiste des problématiques liées à la sécurité intérieure et à la lutte contre le terrorisme.

 

Philippe Astruc

Procureur adjoint au Tribunal de Grande Instance de Créteil, Philippe Astruc a longtemps exercé les fonctions de directeur-adjoint de l’École Nationale de la Magistrature avant d’être nommé directeur de l’École nationale d’administration pénitentiaire puis conseiller auprès du Cabinet du Garde des Sceaux.

 

Jean-Luc Dufournaud

Entré à la SNCF en 1979 en qualité d’attaché puis de chargé de mission au sein de la direction juridique, il a ensuite rejoint l’Association Française des Banques (AFB) comme conseiller juridique en 1990. Après une période de 10 ans au sein de cet organisme, il est revenu à la SNCF en mai 2000 pour y exercer les fonctions de directeur juridique adjoint puis de directeur juridique délégué jusqu’en décembre 2011. Il a été nommé Directeur de l’Ethnique et de la Déontologie du groupe SNCF en janvier 2012, fonction qu’il exerce actuellement. Il est également Président du Comité International des transports ferroviaires (CIT) depuis janvier 2011, administrateur du Cercle Éthique des Affaires (CEA) et chargé de cours en Master 2 « Droit et Stratégies de la sécurité » à l’École Nationale des officiers de la Gendarmerie

 

Dominique Chanut

Depuis 2013, Dominique Chanut est Présidente de la commission nationale d’évaluation des formations et diplômes de gestion (CEFDG). Depuis 2014, elle est également membre du comité consultatif de l’enseignement supérieur privé au titre des personnalités qualifiées. Au sein de l’Université Panthéon-Assas, elle est directrice du CIFFOP, du Master « Gestion des ressources humaines et management public », codirectrice du Master « Management des nouvelles technologies » et du Master « International HR management ».

 

Dominique Inchauspé

Dominique Inchauspé est avocat au barreau de Paris et pratique le droit pénal depuis 1983. Il intervient souvent à l’étranger et est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la justice pénale, dont ‘L’erreur Judiciaire‘ et ‘L’innocence judiciaire‘ parus aux PUF en 2010 et 2012. Enseignant à l’université, il est aussi l’auteur de fictions (‘Un homme dans l’empire‘, 2013).

 

Samuel Vuelta-Simon

Samuel Vuelta-Simon a été nommé Procureur de la République de Bayonne. Après avoir rendu hommage à l’action menée par Anne Kayanakis, pendant 6 ans, il a précisé qu’il agirait avec 3 principes forts : la loyauté, la détermination et l’écoute. Il a notamment été juge d’instruction à Boulogne-sur-mer (dans une zone transfrontalière), magistrat à Madrid (travaillant notamment sur les dossiers de terrorisme), puis directeur de formation continue à l’École nationale de la magistrature (international et formations spécialisées). Il a aussi participé au chantier Eurojust (coopération judiciaire de l’Europe).

 

David Naccache

David Naccache est un cryptologue français, ancien professeur à l’Université Paris II, il est actuellement membre du laboratoire d’informatique de l’ENS, où il y dirige l’équipe Sécurité de l’Information. Après avoir passé sa thèse en cryptologie en 1995, il découvre, avec Jacques Stern, les crypto systèmes Naccache-Stern knapsack en 1997 et Naccache-Stern en 1998. Il a également été responsable du département de recherche en sécurité de la société Gemplus entre 1993 et 2005. En 2004, il obtient son habilitation à diriger des recherches.

 

Marie-Christine Dupuis-Danon

À sa sortie d’HEC en 1993, elle a travaillé en banque d’affaires, en charge du conseil aux gouvernements dans leurs restructurations de dettes souveraines. À ce titre, elle a accompagné de nombreux pays de la zone franc dans leurs négociations avec les Clubs de Paris et de Londres. Elle a également travaillé sur la mise en oeuvre des programmes d’éducation et de santé dans les pays pauvres très endettés.

Elle a ensuite rejoint, à Vienne, l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime, comme Conseiller anti-blanchiment, responsable des programmes d’assistance aux États membres dans la lutte contre la criminalité financière. Avec le Fonds Monétaire International, elle a évalué les dispositifs anti-blanchiment / anti-financement du terrorisme de plusieurs centres offshore. Auteur de plusieurs ouvrages et d’une trentaine d’articles sur ces sujets, elle effectue régulièrement des interventions au sein d’enceintes nationales ou internationales sur la gouvernance financière.

Aujourd’hui, formée au coaching, elle a ajouté les dimensions comportementales et cognitives à sa pratique: elle accompagne les dirigeants d’entreprise dans leurs réflexions relatives à la bonne gouvernance, l’éthique et le leadership par les valeurs.

Elle est aussi auditeur de la 69e session nationale Politique de Défense de l’IHEDN.

 

Jean-Pierre Vuillerme

Jean-Pierre Vuillerme est le senior vice-président de L’ADIT (Agence pour la diffusion de l’information technologique). L’ADIT est aujourd’hui le leader français du secteur de l’intelligence économique et l’une des grandes sociétés du secteur au niveau européen. Il est un « cador » de l’intelligence économique.

À 64 ans il a quitté le groupe  Michelin où il était entré en 1972, et où il exerçait, dans une discrétion qui l’honore, les fonctions officielles de patron de la sûreté – il était membre du Club des dirigeants de la sécurité d’entreprise. Il avait la main sur tout ce qui concernait la sécurité, mais aussi la recherche et la synthèse d’informations. Cette position est suffisamment rare dans les grandes entreprises françaises pour le noter. De plus, Jean-Pierre Vuillerme avait l’ « oreille » des dirigeants de Michelin. Cette proximité permettait d’intégrer son avis éclairé dans la stratégie globale du groupe de pneumatique, devenu leader mondial, depuis son fief de Clermont-Ferrand.

 

Jean-Luc Besson

De 1998 à 2006 Jean-Luc Besson a été directeur de la prévention et des relations police-justice à Roubaix. Actuellement, il est chargé d’études cartographie SIG, c’est-à-dire qu’il étudie la géographie de la criminalité géolocalisée et organise la diffusion des données de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) via des portails gouvernementaux. Il est aussi chargé d’études sur la dimension géographique de la criminalité à l’ONDRP. Il est également responsable de projets numériques (et OpenData).

 

François Chouvel

Ancien directeur de l’IPAG de l’Université d’Auvergne, François Chouvel est aussi chercheur au Centre d’études fiscales et financières d’Aix-Marseille Université. Maître de conférences des universités et ancien Secrétaire général de Valéry Giscard d’Estaing, il enseigne à l’EOGN et à l’ENM.

 

Muriel De Fabrègues

Docteur en sciences de gestion Muriel De Fabrègues appartient au laboratoire de recherche en sciences de gestion de Panthéon-Assas. Elle est membre du Conseil de l’UFR de sciences du management privé et public.

 

Quentin Lefebvre

Maître de conférences à l’Université Panthéon-Assas, Quentin Lefebvre est aussi coresponsable du Master 2 Management des ressources humaines internationales/International Human Resources Management (finalité professionnelle) et membre du Conseil de l’UFR de sciences du management privé et public. Il est également codirecteur de DEUST Paris II (système d’information et réseaux gestion et développement).

 

Étienne Maclouf

Étienne Maclouf est un maître de conférences en sciences de gestion, membre du Conseil de l’UFR de sciences du management privé et public. Il est également membre du comité de lecture de la Revue de gestion des ressources humaines.

 

Jean-Baptiste Welte

Jean-Baptiste Welte est un maître de conférences en sciences de gestion. Il travaille actuellement à LARGEPA à l’Université Panthéon-Assas, Paris II. Il fait de la recherche en communication en situation de changement. Sa plus récente publication concerne « l’appropriation des clients dans les boutiques de marque de luxe : proposition d’une typologie ».

 

 

      Catherine Voynnet-Fourboul

Catherine Voynnet-Fourboul est docteur en sciences de gestion, habilitée à diriger des recherches. Elle enseigne la gestion des ressources humaines en tant que maître de conférences à l’Université Paris II Panthéon-Assas et dirige à Paris l’Executive Master du CIFFOP. Spécialisée dans le management relationnel et le leadership des dirigeants, elle forme des cadres et talents (RH, Management, équipes dirigeantes).